Vallée de l’Arve : le prix immobilier attire de plus en plus d’acheteurs

Entre Bonneville et Passy, le marché immobilier connaît un boom que la Vallée de l’Arve n’avait jamais vu auparavant. Au nord, les frontaliers suisses dopent le marché. Au sud, les primo-accédants descendent des stations voisines, devenues trop chères pour eux, afin de s’installer en vallée.

Un carrefour historique dans le département

Par sa position géographique, la Vallée de l’Arve se situe depuis toujours à la croisée des chemins entre Annecy, Genève, Chamonix et même l’Italie. Le territoire s’étend de Bonneville au nord jusqu’à la vallée de Chamonix, le long de l’Arve. C’est un passage obligé aussi bien pour les touristes qui se dirigent vers les magnifiques stations du massif du Mont-Blanc, que pour les transporteurs de marchandises qui sillonnent l’Europe ou encore pour les travailleurs frontaliers qui se rendent en Suisse, quotidiennement. Bref, la Vallée de l’Arve est, certes, un petit territoire à l’échelle de la France… mais il est très fréquenté !

Un rayonnement économique important

La Vallée de l’Arve rayonne en France et en Europe grâce à son industrie, réputée, notamment, en matière de décolletage. Il s’agit de la fabrication de petites pièces mécaniques qui a émergé ici au XVIIIe siècle sous l’effet de la demande des horlogers suisses. Puis l’activité s’est transformée à partir de la Première Guerre Mondiale pour évoluer vers l’usinage de pièces pour l’automobile. Depuis, la Vallée de l’Arve est devenue une véritable capitale de l’industrie : ce territoire concentre à lui seul 8 000 emplois et génère 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires. En revanche, le gros défaut du secteur, c’est la qualité de son air, régulièrement mise à mal par cette intense activité industrielle. Le territoire concentre, en effet, un nombre important d’entreprises industrielles dans un espace plus étroit qu’en plaine, favorisant la stagnation d’émissions polluantes.

Les cinq principales villes de la Vallée de l’Arve, en nombre d’habitants, sont :

  • Cluses (16 918 habitants)
  • Bonneville (12 500 hab.)
  • Passy (11 233 hab.)
  • La Roche-sur-Foron (11 149 hab.)
  • Scionzier (8 900 hab.)

Des prix de vente attractifs… mais en hausse !

La qualité, plutôt médiocre, de l’air a souvent mis à mal le dynamisme du marché de l’immobilier dans le secteur. Diverses actions sont menées depuis un peu plus de dix ans maintenant pour améliorer la qualité de vie des habitants. Difficile de déterminer l’impact de cette problématique sur les prix de l’immobilier du secteur. Mais toujours est-il que la Vallée de l’Arve reste un territoire « bon marché » en Haute-Savoie. En effet, alors qu’en moyenne, le prix immobilier en Haute-Savoie avoisine 4 333 €/m², on trouve dans la Vallée de l’Arve des prix qui oscillent, en moyenne et selon les villes, entre 2 279 €/m² et 3 688 €/m². Ces prix comptent parmi les plus bas du département. Il semblerait toutefois qu’aujourd’hui, ce territoire rattrape son retard. Selon la Fnaim Savoie Mont Blanc, la plupart des communes du secteur connaissent depuis environ deux ans des hausses de prix annuelles de l’ordre de 5 à 15 %. Ces hausses s’expliquent par l’arrivée de nouveaux acquéreurs sur le marché.

Au Nord, les frontaliers font grimper les prix

En Haute-Savoie, on compte près de 90 000 travailleurs frontaliers selon l’Insee. Il s’agit de travailleurs français employés en Suisse, pour la plupart à Genève, où le salaire minimum s’établit à près de 4 000 € brut. Dotés d’un fort pouvoir d’achat, les frontaliers haut-savoyards se sont d’abord installés, depuis une trentaine d’années, principalement dans le Genevois et sur l’axe Annecy-Genève. Mais le travail frontalier s’est considérablement développé ces vingt dernières années. Le nombre de travailleurs frontaliers a presque doublé depuis 1999 selon l’Insee, qui indique aussi que « ce développement de l’emploi frontalier a des effets sur l’économie des zones voisines de la Suisse […] Le marché de l’immobilier est également impacté, avec une hausse des prix qui devient source de tensions ». Car face à la flambée des prix de l’immobilier en Haute-Savoie, une partie de ces Français possédant un bon pouvoir d’achat immobilier se reporte depuis quelques années sur des marchés moins courtisés jusqu’à présent… comme celui de la Vallée de l’Arve. Parmi les villes plus impactées par ce phénomène, citons Bonneville, La Roche-sur-Foron ou encore Saint-Pierre-en-Faucigny. Toutes des communes où le prix des maisons et des appartements ne cessent de bondir depuis trois ans, gagnant jusqu’à + 20 % sur l’année parfois.

Les prix moyens du mètre carré

  • Saint-Pierre-en-Faucigny : 3 688 €/m²
  • Bonneville : 3 152 €/m²
  • La Roche-sur-Foron : 3 778 €/m²
  • Cluses : 2 279 €/m²

Au Sud, les primo-accédants fuient les stations de ski

Sur la partie Sud de la Vallée de l’Arve, si les hausses de prix de l’immobilier sont comparables à celles du nord du secteur, elles ne s’expliquent pas pour autant de la même manière. Ici, ce ne sont pas les travailleurs frontaliers qui ont fait grimper les prix. Il s’agit d’un tout autre phénomène : les stations alentours étant devenues trop chères, de plus en plus d’habitants des montagnes, notamment des primo-accédants, descendent dans la vallée pour trouver un bien à acheter. La Vallée de l’Arve se trouve, en effet, au pied de communes telles que Combloux, Megève, Saint-Gervais, les Houches ou encore Chamonix. Des villes d’altitude qui font rêver dans le monde entier mais où les prix immobiliers sont devenus stratosphériques. Comptez en moyenne 4 994 €/m² à Saint-Gervais. Quant au prix au mètre carré à Megève, il atteint, en moyenne, 10 718 € ! Face à ces niveaux de prix, on ne compte plus les ménages qui ne parviennent plus à se loger dans ces villes et villages d’altitude. Ils n’ont plus d’autre choix que de s’installer dans la vallée, notamment à Passy, Sallanches, Magland, Cluses, Scionzier, là où l’on trouve des biens à des prix plus abordables. Jugez, par exemple, le prix des dernières transactions de maisons effectuées à Magland ou les ventes d’appartements conclues récemment à Sallanches.

 

Les prix de vente affichés à :

  • Passy : 3 058 €/m²
  • Sallanches : 3 345 €/m²
  • Magland : 2 369 €/m²
  • Scionzier : 2 676 €/m²

Source : © MoneyVox